Henri Briottet

Grand-père Henri

                                     

Insigne militaire du 150e regiment d infanterie  

Henri Briottet (1896 – 1936) 

                                           

Engagé volontaire dans l'infanterie le 12 avril 1915 à l'âge de 18 ans

(2 citations pour actes de courage - Croix de guerre,  médaille militaire, médaille interalliée).

 

Première bataille de Verdun (Février -Décembre 1916)

Forces en présence : 2 390 000 hommes – 3927 pièces d’artillerie                                                                                                

 306 000 tués, 412 000 bléssés

150 ème  Régiment d’Infanterie (40 ème DI)

Du 16 mars au 06 juin 1916 – Au front : Bataille de Verdun (Mort-homme – Côte 304)

Le 20 mars 1916, l’armée allemande attaque la « côte 304 » à l’ouest, qui couvrait de son feu le Mort-Homme. Elle est située au cœur d’une forêt d’épicéas et de pins noirs. Jusqu’en avril, un déluge de feu s’abat sur les lignes françaises : 120 coups d’obus par minute. Les lignes sont si proches qu’un soldat français parti au ravitaillement se retrouve dans les lignes allemandes. Au total, 10 000 seront morts. Une nécropole de 3417 tombes ainsi que 2 ossuaires de 1500 corps chacun se trouvent sur le site.

Le 18 mai, le général Berthelot, commandant le 32e corps d'armée, attache au Drapeau du 150e la croix de guerre avec palme. Au cours d'une réunion des généraux, le général Pétain, commandant le groupe d'armées, prononce les paroles suivantes : « Sur les cinquante et une ou cinquante-deux divisions passées sur le front de Verdun, la 40e est celle qui m'a donné le plus de satisfactions ; elle a fait preuve d'un mordant dans l'attaque et d'une ténacité dans la défense absolument remarquables... Je la renvoie au Mort-Homme n'ayant rien de mieux à mettre en cet endroit ».

Et le 24 mai, après dix-huit jours de cantonnement, le 150e se retrouve au Mort-Homme.

Journal des marches et opérations du 150 ème RI, le 14 avril 1916:

... A 15 heures 45 commence l'attaque d'infanterie que les allemands arrêtent par le feu de leurs mitrailleuses. Une contre-attaque ennemie très violente se produit sur la droite. Nos lignes sont bouleversées par le bombardement...

Pertes: 5 tués; 7 blessés

 

Bataille de la Somme (Juillet-Novembre 1916)                                                                       

Forces en présence : + de 3 000 000 d’hommes – 3729 pièces d’artillerie                                                                                     

443 000 tués, 616 000 bléssés

150 ème  Régiment d’Infanterie (40 ème DI)

Du 28 septembre au 13 novembre 1916 – Au front : Bataille de la Somme (Combles, Sailly-Sallisel)

Blessé au poignet droit par un éclat d’obus le 08 octobre 1916 à Combles, près de Sailly-Sallisel, dans les tranchées de Teplitz et de Berlin.

En ces premiers jours d’octobre, l’artillerie déclenche des tirs bouleversant les positions ennemies pour permettre une attaque de l’infanterie vers le plateau de Sailly-Saillisel. Les Britanniques soutiennent l’effort français en imposant une formidable poussée sur Bapaume.

Les 161e et 150e sont à moins de 2 km du réduit de Sailly-Saillisel. Mais entre les régiments et les villages se dresse encore un obstacle : la tranchée de Teplitz avec ses avancées sur le plateau. Tout ce secteur est violemment bombardé et balayé par le feu des mitrailleuses ennemies.

À partir du 7 octobre, les combats sont d’une extrême violence. Avant d’être relevé, le commandant du 150e veut lancer une attaque sur le village. Le chef de bataillon Louis Thomas, commandant le 3e bataillon, est tué par un obus alors qu’il guide la marche de ses hommes. En soirée, le 161e RI relève le 150e. Ce régiment est mis au repos et reconstitue ses unités à l’aide de renfort et par la jeune classe 1917.

Journal des marches et opérations du 150 ème RI, le 08 octobre 1916:

...Le bombardement allemand est très intense pendant toute la journée. Notre artillerie de son côté se montre très active. Le temps pluvieux rend les ravitaillements et les travaux extrèmement pénibles... 

Pertes: 14 tués; 45 blessés; 1 disparu

 

Seconde bataille de Verdun (Août -septembre 1917)

150 ème  Régiment d’Infanterie (40 ème DI)

Du 20 août au 24 septembre 1917 – Au front : Bataille de Verdun (Louvemont-Côte du Poivre)

Evacué le 24 septembre 1917 :  Intoxication aux gazs   

Nous partons à 20 h 15 pour les lignes, tandis que notre artillerie fait rage de toute part. Nous n’arrivons aux 1ères lignes qu’à 9 h 30 du matin. Nous passons une vraie nuit de martyre sous le poids énorme de notre chargement, nos épaules sont affreusement endolories. Pas d’abri en arrivant, il faut s’installer dans la tranchée sous le feu de l’artillerie boche. La nôtre fait toujours rage. C’est un vrai pilonnage qu’elle exécute sur tout le terrain à prendre et au-delà. Enfin la journée atrocement longue s’écoule quand même et la terrible nuit au bout de laquelle nous devons attaquer…Nous recevons du gaz de nos obus que le vent ramène chez nous, cela ajoute encore à nos misères.

Journal des marches et opérations du 150 ème RI, le 08 septembre 1917:

La 2ème cie du 150 ème RI qui était en 1ère ligne et à droite fit des efforts désespérés pour tenir tête à l'ennemi. Toute entière sous les ordres de son capitaine, elle s'est portée à la rencontre des fractions ennemies qui contre-attaquaient. Des corps à corps d'une violence inouie, des combats acharnés à la grenade et à la baîonnette s'en suivirent... Toutes les contre-attaques allemandes vinrent échouer sur cette ligne...

Pertes: 40 tués; 38 disparus; 75 blessés; 10 intoxiqués

 

Henri Briottet, malade des poumons après avoir été gazé à l'ypérite (gaz moutarde) sur le front de Verdun en 1917, décèdera d'une fibrose pulmonaire le 15 janvier 1936 à Compiègne (Oise).  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×